Lundi 27 octobre 1 27 /10 /Oct 08:32

Vendredi matin, un sms de Véro me demandait de me rendre en tram place de la Victoire à 18H00 et de retrouver Jean.
Je devais porter un chesh rouge. 
Je n'ai aucune nouvelle de Véro depuis notre WE à la Jenny. J'ai laissé des 10aines de messages et de sms, je pensais qu'elle ne voulait plus de moi, je commencais à me faire à l'idée avec beaucoup de tristesse, j'en suis amoureux !

Comme convenu j'étais à l'heure pensant qu'elle avait organisé un WE comme elle en a l'habitude.  J'ai retouvé Jean, nous avons bu un café et il m'a demandé mon accord pour passer la soirée avec lui et être sa "salope". J'allais être son jouet, véro m'avait loué.

Dans ma tête, je me disais que j'allais refuser mais une petite voix me disait si tu refuses tu perds vraiment Véro, alors j'ai accepté.
Nous sommes partis chez Jean à Talence. Jean habite une maison, il vit seul avec son chien.

A peine arrivé, à poils tous les 2, enfin Jean est entièrement rasé, pas un seul poil, il en est très fier.
Jean m'a mis un collier de son chien, des entraves en cuirs aux poignets et au chevilles, une chaine cadenassée à la cheville.
Jean m'a emmené dans son jardin et m'a entravé les jambes à un crochet planté au miliieu du jardin. je ne pouvais plus me déplacer que de quelques metres autour du crochet sur cette pelouse. 

Jean m'a proposé un apéro, vin blanc et quelques biscuits, dans un verre pour lui dans une gamèle pour moi.
Volla que jean me prenait pour son chien. D'ailleurs je n'avais toujours pas vu son chien. Discussion humaine entre adultes pour nous connaître puis nous allions diner, barbecue que j'ai du préparé.
A table ! jean m'amène un gode anal imposant et un tube de glicine, prépare toi me dit il.
Diner dans ma gamèle, je devais rester à 4 pates, le gode était vraiment difficile à supporter mais j'ai joué le jeu. Il commencait à faire un peu froid, nous sommes rentrés, jean m'a entravé à son four.
Après le diner j'ai du faire la vaisselle à la main, ranger la cuisine et faire le ménage de son salon, toujours plugé ce qui étais de plus en insupportable. Jean regardait sa télé.

A ce moment là j'étais très troublé, un gode dans le cul une envie folle de partir ce qui étais impossible et l'impression que je m'étais fait avoir, que véro me voulait du mal.

Quand tout a été nettoyé, jean m'a entravé dans sa salle de bain pour que je me lave à mon tour et que je me rase. Plus un poil autour ta bite et du cul m'a t'il ordonné, voila la crème dépilatoire et surtout soit propre. Jean a placé un appareil photo numérique dans la salle de bain pour me filmer, j'ai refusé Jean s'est tout de suite ennervé, m'a collé une baffe. J'ai été stupéfait et arreté net. Jean a racourci ma laisse me bloquant dans la baignoire assis sans possibilité de me lever.

Jean est revenu me chercher, m'a ligoté les mains dans le dos, à 4 pates dans la baignoire. Il m'a enduit l'anus de crème et m'a fisté sans précaution pour voir si j'étais bien propre et m'a remis le plug.

Il m'a ensuite emmené dans sa chambre, son lit était couvert d'un drap en plastique sur lequel il m'a couché toujours les mains dans le dos et m'a replié les jambes les attachant à mes mains, me voilà en hogtie. Jean a installé sa caméra pour filmer ce que j'allais subir.

Il m'a retiré le gode, m'a remplis de crème avec une serringue, j'étais empli. Il a recommencé à me fister, une main dans l'anus puis son avant avant bras entrait en moi. J'étais plein et sa main montait en moi, je ne pouvais rien faire, les centimettres gagnaient en moi, je soufflais comme un boeuf à chaque poussée mais ce n'était même pas douloureux. Jamais je n'avais senti cela. sa main allait de plus en plus loin, je la sentais dans mon ventre, je ne voyais rien de ce qui se passait mais mon anus s'écartait et j'avais l'impression qu'il allait jusqu'au coude. il a bougé en moi et mon plaisir montait. j'étais en erection dans ma cage. Au fur et à mesure des va et vients de se bras en moi j'alletais et j'étais en nage. Je ne pouvais rien faire, je le laissais me pénétrer. Après le plaisir la douleur commençait à venir dans mon ventre et sur ma rondèle. je criais lui demandant d'arreter, il a tout de suite cessé de me faire mal.

Jean m'a détaché puis rattaché écarté au 4 coins du lit sur le ventre, il m'a mis une cagoule qui m'a rendu aveugle et m'a laissé. Maintenant j'avais mal.

Quelques minutes plus tard, Jean est revenu m'a mis un coussin sous le ventre et m'a pris comme une chienne, chaque coup de butoir me faisait mal, j'attendais qu'il jouisse serrant les fesses pour qu'il finisse vite. Heureusement il n'était pas très monté et sa bite pas très en errection. Au bout de quelques minutes il a joui et s'est retiré. Il m'a immédiatement remis le plug, là c'est devenu insupportable; J'ai lui ai demandé de le retirer et j'ai pris une nouvelle baffe.

Jean m'a laissé ainsi attaché sur son lit plugé et aveugle longtemps.

Il est revenu plus tard m'a dit que Véro avait souhaité que je rentre nu, plugé chez moi cette nuit ou que je reste pour lui servir de vide couille jusqu'à demain, que j'avais le choix.

Je n'ai pas demandé mon reste, j'étais terrorisé à l'idée de subir les pénétrations de ce mec.

Il m'a donné une poche avec mes papiers et mes clés et m'a mis dehors avec 200 euros à donner à Véro.

Depuis Talence, à poil, encagé et avec un plug à la main, rentrer aux chartrons c'est l'enfer. J'ai mis des heures en me cachant à chaque voiture qui passait.

Je pensais trouver Véro à la maison mais non, rien et je n'ai pas de nouvelles depuis. J'ai passé le WE chez moi plié de douleurs au ventre et au cul pour lui faire plaisir 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par jemexhib - Publié dans : soumission - Communauté : Soumission et appartenance
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés